cyber intimidation | cyber mobbing ou cyber bullying

La technologie et le monde du SMS qui font  tant rêver nos jeunes a aussi une face cachée, qui peut par certains aspects inquiéter les adultes et les parents. Les réseaux sociaux et la prolifération du nombre de portables utilisés par nos jeunes, qui utilisent l’envoi de SMS au maximum les exposent à certains dangers, entre autres la cyberintimidation, ou  cybermobbing,  ou cyber bullying.

Nouvelles technologies SMS,   la cyber intimidation ou  le  cyber mobbing ou  cyber bullying

Certains, beaucoup plus doués que d’autres, vont jusqu’à faire de l’usurpation d’identité pour envoyer un sms et c’est un vrai danger, car pour ceux qui sont doués, ils n’hésitent pas à publier des photos ou autres situations gênantes, pour se faire valoir ou bien mettre en difficulté « l’autre », c’est ainsi que les insultes fusent, calomnies à toute heure de la journée, rumeurs en tous genres, sont le lot quotidien de nos collèges et cours de lycée.

Ces nouvelles formes de violence, que les médias signalent ici ou là, prend parfois de tournures dramatiques pour des esprits fragilisés et incapables de faire la distinction entre rumeurs et réalités, et les réseaux sociaux, loin de calmer le jeu, amplifient le phénomène au contraire.

C’est ainsi qu’est apparu le (Mobbing), qui n’est rien d’autre qu’une forme particulièrement néfaste de violences psychiques, entre les jeunes, et très souvent  hélas, hors tout contrôle des parents, à tel point qu’il s’est crée en Suisse, une plateforme, qui reçoit des sms ou des appels et répond 24h/24, aux personnes en détresse (jeunes ou parents).

Il n’y a pas de réponse unique à de tels méfaits, chaque cas est différent, mais un apprentissage actif et vrai, peut aider à les combattre, c’est ainsi que les Suisses ont mis en place des ateliers scolaires de compétence médiatique, incluant mêmes les parents qui le souhaitent pour des soirées parentales, afin d’apprivoiser, ce qui est appelé les dangers des nouveaux médias.

Ce qui est valable en Suisse, l’est aussi partout un jeune sur 10 se dit  victime d’un harcèlement virtuel sur le net, et ce à juste titre, car ce ne sont pas les derniers évènements tragiques, qui démentiront ; la pire des preuves étant le suicide de la jeune  Amanda Todd, poussée à bout, par les méfaits du cybermobbing depuis des mois et des mois.

C’est la facilité et la relative impunité derrière son écran, qui pousse le jeune à pratiquer le harcèlement par internet ou intimidation, et le cyber bullying, qui n’est autre, qu’un harcèlement par e-mail, ou par blog, car il est aisé dans ce monde technologique d’agir vite et d’usurper l’identité d’un tiers parfois avec des conséquences incalculables.

 

Autres informations  :